Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Articles récents

L' Association MONVIEL- SIKASSO propose pour le 25 Juillet et le 1er août 2021

17 Juillet 2021 , Rédigé par paroissesaintpierreetsaintmartialdescoteaux47 Publié dans #Fêtes

L' Association MONVIEL- SIKASSO propose pour le 25 Juillet et le 1er août 2021

Lire la suite

Calendrier des Messes, mois de'AOÛT et de SEPTEMBRE 2021

17 Juillet 2021 , Rédigé par paroissesaintpierreetsaintmartialdescoteaux47 Publié dans #Horaires des Messes

Calendrier des Messes, mois de'AOÛT et de SEPTEMBRE 2021
Calendrier des Messes, mois de'AOÛT et de SEPTEMBRE 2021

Lire la suite

dimanche 20 juin 2021, visite de Mgr HERBRETEAU EST VENU TÉMOIGNER DE LA RECONNAISSANCE DIOCÉSAINE....

25 Juin 2021 , Rédigé par paroissesaintpierreetsaintmartialdescoteaux47 Publié dans #Fêtes

dimanche 20 juin 2021, visite de Mgr HERBRETEAU EST VENU TÉMOIGNER DE LA RECONNAISSANCE DIOCÉSAINE....

Lire la suite

20 Juin 2021: HOMÉLIE de Mgr HERBRETEAU lors de la MESSE SOLENNELLE à l'occasion de la remise des reconnaissances diocésaines,

25 Juin 2021 , Rédigé par paroissesaintpierreetsaintmartialdescoteaux47 Publié dans #Fêtes

Homélie de Mgr Hubert HERBRETEAU pour la remise des reconnaissances diocésaines sur la paroisse Saint-Pierre et Saint-Martial des Coteaux à l’église Saint-Martial à Cancon, le dimanche 20 juin 2021

Jb 38, 1.8-11 ; Ps 106 ; 2 Co 5, 14-17 ; Mc 4, 35-41

Chers amis, frères et sœurs,

« Maître nous sommes perdus ; cela ne te fait rien ? »

            Cette simple phrase nous rejoint dans notre actualité si souvent traversée de tempêtes de toute sorte. Une maladie qui nous terrasse, un problème de conflit entre voisins, des difficultés financières, nous font dire dans notre prière : « Seigneur cela ne te fait rien que nous périssions ? » Jésus semble endormi, absent de notre pauvre vie. Et nous crions vers lui.

Regardons de plus près ce récit de l’Évangile.

De multiples passages

              Ce passage de la tempête apaisée nous est bien connu. Aujourd’hui nous avons lu ce récit dans la version de Marc, dans sa forme la plus succincte, la plus dépouillée : l’évangéliste n’a gardé que l’essentiel.

 « Passons sur l’autre rive ! » Notre récit commence par cette invitation de Jésus, une initiative qui marque une rupture, mais aussi une initiative qui ne semble pas très judicieuse. La journée se termine, on peut donc en déduire que la nuit va bientôt tomber, et c’est à ce moment-là que Jésus invite ses disciples à traverser la mer de Galilée pour aller dans un autre endroit, dans un autre territoire : le territoire des païens.

Pour les juifs, les eaux de la mer représentaient le lieu du péché et du mal, parce qu’à la différence de la terre ferme, l’eau est par excellence le lieu de l’instabilité.

Jésus invite ses disciples à un déplacement, à un changement. Or, tout changement, quel qu’il soit, peut réserver des surprises : on quitte ce qui est connu pour aller vers l’inconnu. Ce récit nous montre en quoi consiste toute expérience de Dieu, toute expérience spirituelle : découvrir le Christ de manière intime demande d’avancer vers de l’inconnu. Nous avons de multiples passages à effectuer : de la peur à l’audace, de la fermeture à l’ouverture, de la tristesse à la joie, de l’immobilisme au mouvement.

Pourquoi êtes-vous si craintifs ?

               Face à cette mort imminente, face à cette tempête qui submerge la barque, les disciples manqueraient-ils donc de courage, de foi en leur sauveur ? La remarque de Jésus s’exprime sous forme interrogative. Pourquoi ?

C’est une question qui n’attend pas de réponse de la part des disciples. La réponse vient de Jésus lui-même qui menace les vents et la mer. Sa parole manifeste son autorité sur la création. Mais bien plus, c’est la puissance de la mort qui est ici vaincue. Les disciples n’auraient pas dû craindre, manquer de courage et de foi. Ils n’auraient pas dû, car Jésus était là.

Jésus debout annonce déjà le ressuscité. Le récit de la tempête apaisée prend dès lors les aspects d’un encouragement aux communautés chrétiennes. Elles n’ont pas à perdre foi dans les adversités, ni même face à la mort. La question de Jésus à ses disciples vise à apaiser et consolider la foi chancelante des disciples et de tous ceux et celles qui sont embarqués.

Il en est de même de nos communautés chrétiennes aujourd’hui, de nos paroisses. Nous sommes embarqués vers la même destination : le Royaume de Dieu, c’est-à-dire l’aboutissement heureux en Dieu, le bonheur en plénitude.

C’est une longue traversée que nous avons à faire avec des épreuves, des doutes, mais aussi la joie de rester fidèles au Christ et à son Évangile.

L’émerveillement: Jésus a calmé les eaux de la tempête.

                 Les gens sont, non pas craintifs, mais étonnés, voire émerveillés. Ce terme est souvent chez Marc associé à la figure filiale et divine de Jésus, qui par ses gestes, manifeste l’avènement du Royaume et du Fils de l’Homme.

Quel est-il donc pour avoir en ses mains et en ses paroles, l’autorité divine jusque sur les eaux de la mort ? Quel est donc cet homme qui nous conduit à le découvrir et le reconnaître jusqu’en d’autres rives. Quel Seigneur et Sauveur est-il ?

C’est par amour du Christ et de l’Église, que des chrétiens prennent des responsabilités. Ils sont souvent anonymes, mais pendant de longues années ils ont servi l’Église dans la liturgie, la catéchèse, l’entretien de l’église, les fleurs.

Ces personnes savent que l’Église traverse parfois des tempêtes, mais sans crainte elles gardent confiance et vivent leur foi dans la fidélité.

Aujourd’hui, je suis heureux de manifester ma reconnaissance envers ces personnes qui œuvrent dans l’ombre.

Que cette eucharistie nous remplisse de bonheur et nous invite à l’audace et à la confiance ! Amen !

Mgr Hubert HERBRETEAU
Église Saint-Martial à Cancon, le dimanche 20 juin 2021

Lire la suite

Montauriol, dimanche 13 juin 2021, PROFESSION de FOI

21 Juin 2021 , Rédigé par paroissesaintpierreetsaintmartialdescoteaux47

Montauriol, dimanche 13 juin 2021, PROFESSION  de   FOI

Lire la suite

dimanche 6 juin 2021, fête du St SACREMENT et des Premiers Communiants

9 Juin 2021 , Rédigé par paroissesaintpierreetsaintmartialdescoteaux47 Publié dans #Fêtes

dimanche 6 juin 2021, fête du St SACREMENT et des Premiers Communiants

Lire la suite

Calendrier des mois de JUIN & JUILLET 2021

28 Mai 2021 , Rédigé par paroissesaintpierreetsaintmartialdescoteaux47 Publié dans #Horaires des Messes

calendrier des MESSES des mois de JUIN & JUILLET 2021
30 mai, 9ème dimanche du T.O. fête de la Sainte Trinité 10h30 MESSE MONTAURIOL
Samedi 5 Juin 18h00 MESSE anticipée MONBAHUS
6 Juin , 10ème dimanche du T.O fête du Saint Sacrement 1ères Communions 10h30 MESSE prière pour les défunts CANCON
Samedi 12 Juin 18h00 MESSE anticipée MONBAHUS
13 juin , 11ème dimanche du T.O 10h30 MESSE MONTAURIOL
Samedi 19 Juin 18h00 MESSE anticipée MONBAHUS
20 Juin , 12ème dimanche du T.O la Profession de Foi 10h30 MESSE CANCON
Samedi 26 Juin 18h00 MESSE anticipée MONBAHUS
27 juin , 13ème dimanche du T.O 10h30 MESSE MONTAURIOL
Samedi 3 Juillet 18h00 MESSE anticipée MONBAHUS
4 juillet, 14ème dimanche du T.O 10h30 MESSE prière pour les défunts CANCON
Samedi 10 juillet 18h00 MESSE anticipée MONBAHUS
11 juilletl, 15ème dimanche du T.O 10h30 MESSE MONTAURIOL
Samedi 17 juillet 18h00 MESSE anticipée MONBAHUS
18 juillet,16è dimanche du T.O 10h30 MESSE CANCON
Samedi 24 juillet 18h00 MESSE anticipée MONBAHUS
25 juillet, 17è dimanche du T.O 10h30 MESSE MONTAURIOL
Samed 31 juillet 18h00 MESSE anticipée MONBAHUS
1er août, 18è dimanche du T.O 10h30 MESSE prière pour les défunts CANCON
Samedi 7 août 18h00 MESSE anticipée MONBAHUS
8 août, 19è dimanche du T.O. 10h30 MESSE MONTAURIOL
Samedi 14 août 18h00 MESSE anticipée MONBAHUS
15 août, fête de l’ASSOMPTION 10h30 MESSE sur les rives du lac CANCON
Lire la suite

Fête de l'ASCENSION

18 Mai 2021 , Rédigé par paroissesaintpierreetsaintmartialdescoteaux47

cette année encore, le pèlerinage à Notre Dame des champs suivi du repas traditionnel n'a pu avoir lieu .

cette année encore, le pèlerinage à Notre Dame des champs suivi du repas traditionnel n'a pu avoir lieu .

Lire la suite

HOMÉLIE DU 5ème DIMANCHE de PÂQUES 2021

2 Mai 2021 , Rédigé par paroissesaintpierreetsaintmartialdescoteaux47 Publié dans #Homélies

 Vè DIMANCHE DE PAQUES B

Ac 9, 26-31 : « L’Eglise se multipliait avec l’assistance de l’Esprit Saint »

Ps 21/ A toi, Dieu, toute louange au milieu de ton Eglise.

1Jn 3, 18-24 : « Nous devons aimer en paroles et en actes »

Jn 15, 1-8 : « Moi, je suis la vraie vigne »

Bien-aimés de Dieu,

Nous sommes rendus au 5ème dimanche de Pâques, « B ». L’évangile de St Jean 15, 1-8 nous parle de la vigne. Jésus dit : « Je suis la vraie vigne, et mon Père est le vigneron ».

Dans notre région du sud de la France, nous avons peut-être le privilège de côtoyer des vignes. Je pense aux grosses plantations de Bergerac, de Bordeaux, ou aux petites plantations de notre Lot-et-Garonne natal. Je n’en suis pas spécialiste, mais j’ai assisté quelquefois aux épisodes durant lesquels les vignerons traitent leurs vignes, notamment, au moment du nettoyage. Il faut faire preuve de rigueur et de délicatesse. Il est question, pour les ouvriers, d’enlever les mauvaises repousses, de nettoyer, d’émonder, de débarrasser de tout ce qui encombre la vigne, pour qu’elle puisse respirer et porter du bon fruit.

Chez nous au Cameroun, nous avons plutôt le cacao et le café. Quand nous étions petits, je voyais mon grand-père faire ce travail. Nous, les enfants, on débroussaillait, mais les adultes eux, faisaient ce le fauchage parce qu’il était extrêmement délicat et qu’il requérait une certaine expérience.

Ce qui est intéressant, dans l’évangile d’aujourd’hui, c’est que Jésus applique cette image à l’Eglise, c’est-à-dire, à la relation qu’il entretient avec ses disciples : « Tout sarment qui est en moi, mais qui ne porte pas de fruit, mon Père l’enlève ». Il est question de porter du fruit, pour être accepté, gardé, conservé. Et pour porter ce fruit-là, il faut s’unir au Christ.

Jésus est tellement demeuré uni à son Père qu’il en est arrivé à dire : « Le Père et moi, nous sommes Un ». Tout ce qu’il disait ou faisait, il se référait à son Père. Même dans les moments troubles, il a pu dire : « Père, que ta volonté soit faite ». C’est là, fondamentalement, le secret de sa réussite et de son excellence pastorale. L’affirmation : « Je suis le Bon Pasteur », que nous avons suivie dimanche dernier, est le fruit de cette relation intime, cet amour, cette « complicité » qu’il dévoile en utilisant le verbe demeurer : « Je demeure dans le Père et le Père demeure en moi ».

Bien-aimés, à travers l’image de la vigne, Jésus veut enseigner la nécessité de puiser toujours en lui toute force, toute sagesse, toute inspiration à ce que nous voudrions faire dans la vie, et spécialement dans le cadre de l’Eglise : « De même que le sarment ne peut pas porter du fruit par lui-même s’il ne demeure pas sur la vigne, de même vous non plus, si vous ne demeurez pas en moi ». Il poursuit : « Celui qui demeure en moi et en qui je demeure, celui-là donne beaucoup de fruit, car, en dehors de moi, vous ne pouvez rien faire ».

Oui, chers amis, l’image est vraiment forte et assez parlante pour nos sociétés qui veulent se construire sans Dieu. Jésus dit que celui qui veut se construire sans Dieu est comparable à une branche qui est coupée de la tige-mère. Dieu est notre tige-mère. Comme dit St Paul, de lui, nous tenons la vie, le mouvement et l’être. Si donc nous nous coupons de lui, ne risquons-nous pas de dessécher dans la peur, l’angoisse, la haine, la violence, la vengeance, la médiocrité, la sécheresse du cœur, le désespoir ? C’est à chacun, en tous cas, d’y réfléchir.

Pour St Augustin, cette image s’applique davantage à l’Eglise : « Je suis la vigne et mon Père est le vigneron. Dans ce passage de l’évangile (…) le Seigneur dit qu’il est la tête de l’Eglise et que nous sommes les membres ». C’est important de savoir que le mot latin « caput » qu’évoque le saint évêque peut se traduire par « tête ». Quand nous étions au séminaire, en cas de bêtise, le formateur disait : « Toi, on va te couper la tête » pour signifier qu’on risque de te renvoyer, de te désolidariser du groupe, donc que tu ne pourras pas devenir prêtre. Même les petits enfants savent que, si on te coupe la tête, tu meures. Qui peut vivre sans tête ? Ce mot peut aussi se traduire par « locomotive », c’est-à-dire, le grand appareil qui entraîne les wagons sur les rails. Il peut aussi se traduire par « capitaine ». Et ça, je pense que les amateurs des sports collectifs savent ce que c’est. Les joueurs du Psg ont vu leur capitaine Marquinhos marquer l’autre jour en Champions League. Les supporters du Réal de Madrid sont contents parce que leur capitaine, Sergio Ramos, revient de blessure. Le capitaine du Barça, Léo Messi a sauvé l’honneur de son équipe en marquant un but lors de la désillusion de jeudi dernier, etc. C’est pour vous dire toute l’importance d’un leader dans une équipe, une famille, une communauté, et que sais-je encore.   

Chers amis, dans la 1ère lecture, tirée du livre des Actes des Apôtres, l’on voit bien que le nommé Saul de Tarse, qui était coupé de Dieu, ne pouvait exceller que dans la coupure des têtes des autres personnes. Paul était un assassin, sans état d’âme, sans scrupule, sans pitié. Mais une rencontre mystérieuse avec le Ressuscité l’a interpellé, éclairé, puis, il s’est converti. Je dirais qu’il s’est attaché à la vraie vigne, Jésus-Christ. L’on peut admirer, dans cette Lecture, comment Paul porte du fruit. Le texte dit qu’il « allait et venait dans Jérusalem, avec les Apôtres, prêchant avec assurance au nom de Jésus ». C’est lui qui va dire : « Je suis crucifié avec le Christ » ou encore : « Ce n’est plus moi qui vit, c’est le Christ qui vit en moi ». Quelle Bonne Nouvelle !!!

Bien-aimés, une autre façon de s’unir au Christ vient de la 1ère Lettre de St Jean, que nous avons écoutée en guise de 2ème lecture. Il s’agit d’aimer Dieu, mais aussi d’aimer les frères et les sœurs. L’amour, dit St Jean, consiste à aimer du fond du cœur, mais aussi à poser des actes de charité, de venir en aide, d’avoir pitié.

Et que dire si nous sommes pécheurs ? Serions-nous condamnés à ne plus jamais aimer ? L’apôtre Jean dit : « Mes bien-aimés, si notre cœur nous accuse, Dieu est plus grand que notre cœur ». Il n’est pas bon de s’enfermer dans son péché, ni dans son échec. Dieu est plus grand que notre péché, il est plus grand que notre échec ; avec lui, on peut toujours retrouver le sourire. C’est lui, Jésus, qui est mort sur la Croix, et cette mort nous procure la vie, la paix, et le bonheur.

C’est cela, la Bonne Nouvelle qui est annoncée, en ce 5ème dimanche de Pâques, année B. C’est aussi cela que nous célébrons dans le mystère de l’Eucharistie !

Demandons au Seigneur Jésus la grâce de comprendre ces choses. Demandons-lui de nous sortir de la culpabilité, des ténèbres, de la rébellion, comme il a sorti Paul. Qu’il fasse de nous, des hommes et des femmes qui aiment et qui se sentent aimés.  Qu’il nous porte, comme un bon capitaine porte son équipe ; qu’il fructifie notre vie, comme la tête fructifie la vie des membres ; qu’il nous guide, comme la locomotive guide ses wagons, et nous conduise à la vie éternelle. Amen. 

Lire la suite

le 4 avril à 6h30, PÂQUES 2021, le RITE du FEU

4 Avril 2021 , Rédigé par paroissesaintpierreetsaintmartialdescoteaux47

le 4 avril à 6h30,  PÂQUES 2021, le RITE du FEU

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 > >>